Pluviomètres automatiques

  Le pluviomètre est un récipient destiné à recevoir les précipitations afin de déterminer les quantités d’eau reçues au sol par unité de surface. La quantité d’eau reçue par un pluviomètre dépend de l’importance de sa surface libre. Les pluviomètres professionnels ont des surfaces libres de 200, 400, ou 1000 cm². Plus la surface du pluviomètre est grande plus le pluviomètre donne une idée précise de la pluviométrie. La mesure est obtenue, soit par lecture direct sur le pluviomètre ou indirecte, soit par comptage ou pesée de petits volumes reçus, ou en fin par perturbation d’un champ magnétique. Pour être représentative des précipitations tombées au sol le pluviomètre doit être installé dans des conditions précisées par les services de météorologie nationale. La surface du pluviomètre doit être horizontale et située dans une zone dégagée.        

Pluviomètre à lecture directe : 

C’est le pluviomètre ancestral, on reçoit la pluie dans un récipient gradué. L’observateur lit directement les quantités reçuespar le pluviomètre . Si le récipient n’est pas gradué l’eau recueillie est versée dans une éprouvette graduée pour une lecture indirecte avec risque de perte d’information. L’espace entre 2 graduations de l’éprouvette dépend de la surface libre du pluviomètre. Une éprouvette pour un pluviomètre de 200 cm² ne peut donc pas donner la mesure pour la pluviométrie reçue dans autre type de pluviomètre. L’investissement est négligeable l’installation simple. La maintenance du pluviomètre se limite à un nettoyage régulier, les couts d’exploitation de ce type de pluviomètre peuvent être importants et liés à la nécessité d’un observateur sur place ou au déplacement régulier d’un agent. Sans surveillance cette méthode s’avère très aléatoire et la précision douteuse.  

 

Retour au site

 

Pluviomètre automatique à comptage et pesée

De façon à permettre l’enregistrement automatique des mesures, des pluviomètres à comptage de volumes sont utilisés. La méthode de ce pluviomètre automatique consiste à guider les précipitations dans de petits récipients qui se vident automatiquement lorsqu’ils sont pleins et à compter le nombre de fois ou ils se vident. Leur volume étant connu une centrale d’acquisition locale reliée au pluviomètre automatique peut totaliser les quantités tombées. Se sont les pluviomètres automatique à auget basculant. C’est actuellement le matériel automatique le plus utilisé. L’investissement est plus important que pour le pluviomètre classique mais reste raisonnable en regard des économies réalisées en exploitation. Un observateur local n’est plus indispensable et les déplacements d’un agent peuvent être espacés au rythme des nettoyages du pluviomètre automatique et de ses augets. La maintenance comporte aussi une vérification périodique de l’horizontalité du pluviomètre automatique et du tarage des augets. La précision de la mesure par pluviomètre automatique à augets dépend essentiellement de la qualité et du sérieux de la maintenance. Elle est aussi influencée par l’importance et la rapidité des précipitations. Le choix de la surface libre et du volume des augets basculants en fonction du type de précipitations du lieu de mesure ont aussi une grande influence sur la précision de la mesure de ce type de pluviomètreautomatique . Mal choisi, mal maintenu, mal utilisé un pluviomètre automatique à augets peut présenter des imprécisions.  

Pour limiter ces inconvénients on peut utiliser des pluviomètres automatiques à pesée. La pluie, dans ces pluviomètres est recueillie dans un petit récipient posé sur une jauge de contrainte dont le rôle est de peser le récipient. Lorsque le poids limite est atteint le récipient se vide automatiquement et le système électronique embarqué dans le pluviomètre tare à chaque fois le récipient vide. Cette technique limite les erreurs dues à l’encrassement des augets du pluviomètre. Chaque mesure porte sur une quantité d’eau plus importante qu’avec des augets et de ce fait les erreurs unitaires sont réduites. L’investissement dans ce type de pluviomètre devient important. La fiabilité de la jauge de contrainte est un point crucial pour ce type de pluviomètre et ce composant n’est souvent pas stable dans le temps. La maintenance est moins couteuse qu’avec les pluviomètres à augets, l’exploitation peut être onéreuse à cause de la jauge de contrainte et de l’électronique embarquée dans le pluviomètre. La précision est sensiblement améliorée par rapport aux pluviomètres à augets basculants.  

 

Retour au site

 

Pluviomètre automatique à champ électromagnétique

Cette méthode toute récente consiste à compter et évaluer le volume des gouttes qui traversent un champ électromagnétique généré par le pluviomètre. Encore en test chez certains utilisateurs potentiels ces pluviomètres doivent faire leurs preuves. Les premiers résultats sont prometteurs quant à la précision de la mesure de ce type de pluviomètre. Cette technique permet aussi de connaître la nature des précipitations : grosseur des gouttes, intensité, vitesse, nature des précipitations. L’investissement pour ce type de pluviomètre est très onéreux, l’installation sans problème. Le manque de recul ne permet pas d’apprécier les autres critères de choix.  

 

 

 

Dans l’état actuel des choses le bon compromis pour l’annonce des crues semble être un pluviomètre automatique à auget basculant à mémorisation locale ou déportée.

 

 

 

 

 

Documentations: ici

Retour site