Surveillance des feux ↓

La surveillance Voir le détail Fermer

SANS ADELIE, On surveille quand et où on peut

  • Difficulté de trouver des volontaires pour passer plusieurs heures, seuls en haut d’une tour.
  • Accès à la tour ou château d’eau difficile et parfois soumis à autorisation des sociétés exploitant les sites
  • Une surveillance uniquement de jour
  • Une surveillance à des dates prédéfinies longtemps à l’avance
  • Une surveillance qui ne se fait que depuis des tours existantes (coût de création d’une tour)

AVEC ADELIE, On surveille quand et où on VEUT

  • Plus de souci de ressource humaine
  • Aucun problème d’accès.
  • Une surveillance de jour et de nuit
  • Une surveillance qui a lieu 365 jours par an ou en fonction des périodes à risque.
  • Une surveillance de tout le territoire: le coût de création des pylônes est restreint.

Disparition des risques, notamment humains Voir le détail Fermer

SANS ADELIE, On prend des risques humains

  • Un homme seul perché plusieurs heures à 30 ou 40m de haut dans des sites plus ou moins bien adaptés et entretenus.
  • En haut des tours, au-dessus de la canopée les hommes sont exposés au risque des chocs de foudre.
  • Plusieurs heures par jour a proximité des antennes des relais GSM.

AVEC ADELIE, On ne prend aucun risque

  • Les hommes sont en sécurité
  • s'il s'agit de pompiers, il peuvent être en renfort sur le lieu du sinistre, plutôt qu’en haut d’une tour.

Le gain de temps Voir le détail Fermer

SANS ADELIE, On PERD du temps, beaucoup de temps…

  • la localisation est approximative, donc les chemins d’accès au départ de feu sont approximatifs:
    • Les hommes connaissent de moins en moins le secteur qu’ils surveillent (difficulté de recrutement).
    • Les outils de visée sont peu précis: 1 à 2 grades près.
  • Des opérateurs dont la vigilance baisse forcément après plusieurs heures de guet.
  • Une surveillance sur 360°«fréquemment»
  • Des informations sur le sinistre (ampleur et couleur de la fumée, développement rapide ou lent du sinistre, etc…) transmises par radio dès que le premier véhicule est arrivé sur place.
  • Une alerte transmise au PC feux après quelques échanges d’information avec les autres tours.
  • Un temps passé à la détection, puis un temps passé à la triangulation.
  • les coordonnées du départ de feu sont saisies dans le logiciel de gestion des alertes et au SIG afin de lancer l’intervention.
  • Le contrôle et la confirmation des informations issues d’un appel au 18 ne sont pas évidents.

AVEC ADELIE, On GAGNE beaucoup de temps…

  • Une localisation extrêmement précise: l’azimut est donné au 10ème de grade près.
  • Un système vigilant en permanence.
  • Une surveillance sur 360°toutes les 2 minutes.
  • Une visualisation, par le CODIS, instantanée et en temps réel du sinistre avant même que le 1er véhicule n’ait été envoyé.
  • Une alerte transmise instantanément au PC feux.
  • La détection et la triangulation se réalisent simultanément.
  • les coordonnées du départ de feu sont transmises instantanément et automatiquement au logiciel de gestion des alertes et au SIG.
  • Contrôle et confirmation beaucoup plus rapides lors d’un appel au 18 grâce aux caméras et notamment à la caméra de levée de doute.

Enseignements Voir le détail Fermer

SANS ADELIE, On travaille en «aveugle» et on tire difficilement les enseignements

  • Des informations qui n’arrivent que par des rapports radio.
  • A posteriori on ne peut que se fier à la mémoire des gens.

AVEC ADELIE, On «historie», on tire les enseignements et on progresse

  • Suivi du feu sur grand écran au poste central pendant toute l’intervention (des différentes unités, canadairs….)
  • Les images permettent, a posteriori, d’étudier l’évènement.
  • L’informatisation permet de réaliser des statistiques diverses et multiples.